image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

mardi 8 janvier 2019

Vos menus Ig bas du mardi 8 janvier 2019

Bonjour la maisonnée !

La grippe !




Le virus de la grippe tout comme les virus para-grippaux sont sensibles à la dessiccation : opération consistant à éliminer l'eau de l'air.

La surface la plus favorable à la persistance et à la transmission interpersonnelle des particules virales est une surface lisse tout en étant un peu irrégulière, d'après un médecin généraliste.
Les rampes d’escaliers en bois de tous types par exemple. Toutes les mains plus ou moins propres glissent sur sa surface et sont donc contaminées en permanence.
Mais une surface parfaitement lisse et dure ne permet pas une persistance durable des particules virales qui vont se dessécher du fait des courants d’air et ainsi s'inactiver en une heure ou deux heures. Une surface au contraire poreuse favorise la persistance des particules virales, mais pas leur transmission. Car un contact furtif avec une main ne suffira pas à en récolter suffisamment.

La télécommande est utilisée très fréquemment voire quotidiennement et n’est jamais nettoyée. "C’est entre les fentes et les contours des boutons que l’on peut retrouver un maximum de bactéries en tout genre", rapporte le médecin généraliste. La transmission se fait alors directement au contact des doigts. Il est donc préférable de la nettoyer une fois par semaine, surtout si une personne malade l'a manipulée.

"Poignées de portes et de fenêtres, manivelles de volets roulants, poignées de réfrigérateurs et de four à micro ondes, cafetière, robinets, chasse d’eau, appareils ménagers (aspirateur, sèche-cheveux…), poignées de sac." Toute une liste de choses qui peuvent transférer les bactéries via le toucher. Surtout si le porteur met ensuite ses mains à la bouche ou se frotte les yeux (car le virus de la grippe passe aussi à travers la membrane du mucus). Même si tout a l’air propre de l’extérieur, tout ne l’est pas hygiéniquement parlant. "Il y a de forts risques concernant la transmission de grippe ou gastro-entérite, cependant, il peut également s’agir d’une septicémie si le germe transmis est le staphylocoque doré !"

Le pire : les essuie-mains en tissu à utilisation multiple. "C’est le vecteur le plus redoutable de virus, malgré son caractère textile", Selon le médecin, des milliers de bactéries vivantes seraient présentes dans ces essuie-mains. Ceux en fibres recyclées seraient même encore plus à risque. Certaines bactéries seraient même associées à des intoxications alimentaires. Cependant, de récentes études montrent que les sèches-mains seraient bien pire. Des toilettes qui disposent d’un sèche-mains à air pulsé seraient plus contaminés que ceux où il y aurait des essuie-mains papier, avec une présence bactérienne dix fois plus importante. Et pas n’importe quel type de bactérie, puisqu’il s’agit notamment de bactéries résistantes aux antibiotiques.

"Les jouets pourraient être de bons vecteurs de virus, car ils sont beaucoup touchés et manipulés et cela de façon prolongée et répétée". La surface de ces objets est souvent légèrement irrégulière et leur matériau est habituellement fragile (matière plastique de qualité courante). Cependant, même s'ils ne sont pratiquement touchés que par des enfants, "ils peuvent jouer le rôle de vecteur entre enfants différents puis adultes et c’est là un risque important de transmission notamment lorsqu'une épidémie de grippe sévit".

Une brosse à dents individuelle n'a pas de risque de transmission du virus de la grippe. Mais dans le cas d’une brosse à dents électrique à utilisateurs multiples, c’est un vecteur redoutable étant donné qu’on la saisit fermement, avec toute la main et de façon prolongée. "Il faut savoir que l’on est déjà contagieux la veille de tomber malade; de plus, certaines personnes font une forme inapparente, mais sont néanmoins contagieuses, personnes dites "porteuses du virus", explique le médecin généraliste. Ce sont surtout les mains des personnes – malades ou simplement porteuses du virus – qui véhiculent et transmettent les virus. Cette transmission se fait facilement de façon indirecte, c’est-à-dire en passant par un vecteur. "Il est pratiquement impossible de neutraliser en temps réel tous les vecteurs inanimés (inertes) de virus". Et l’un des vecteurs inanimés qui serait dangereux selon lui serait les brosses à dents électrique que plusieurs personnes utilisent. Il faut donc veiller soit à désinfecter le manche de la brosse à dents avec une lingette ou bien individualiser les brosses à dents.

En règle générale :

Avant de toucher même ses lèvres ou de porter ses mains à sa bouche ou autre chose (bonbon, chewing-gum, cigarette, vapoteur…), de toucher de la nourriture ou a fortiori de préparer un repas, il faut acquérir le réflexe de : "Se décontaminer efficacement les mains et cela sans la moindre exception. Car il ne s’agit pas de se laver les mains à longueur de journée – ce qui est vain et irritant -, mais il faut le faire exactement au bon moment", préconise notre expert.

Pour se décontaminer les mains : "Friction complète avec un produit hydroalcoolique ou lavage à l’eau et au savon suivi d’un rinçage complet ; ce geste doit durer au minimum 20 secondes".

Pour désinfecter les vecteurs inanimés : "L’alcool ménager est très bien. On peut en cas de besoin l’utiliser sur des mains saines. Le vinaigre blanc est un peu faible. Les produits nettoyants-désinfectants composites du commerce sont généralement efficaces, mais souvent moins que l’alcool ménager et de surcroît ils renferment de nombreuses substances chimiques dont certaines ont une toxicité à moyen ou long terme", conclut le médecin.

Bonne semaine !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Imprimer