image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

samedi 1 décembre 2018

Rendez-vous dans la véranda - Décembre 2018

Bonjour, bonjour !

C'est en nous, cela pèse 2 kilos et dans ces 2 kilos on compte environ 1 000 espèces différentes et nous n’en avons qu’un tiers en communs.
Qu’est-ce que c’est ?
Notre microbiote.
Nous naissons sans microbiote, celui-ci s’installe petit à petit dans nos organismes, influencé par notre alimentation, la génétique, notre hygiène, nos traitements médicaux, notre environnement… voilà pourquoi nous en avons tous un différent.
Notre microbiote constitué de milliards de micro-organismes est hébergé dans l'intestin grêle et le côlon.
Ces micro-organismes sont pour l’essentiel des bactéries, des levures et des virus.
Le rôle de notre microbiote est prépondérant dans la digestion. C’est lui qui s’occupe de dégrader les aliments complexes que notre organisme ne sait pas gérer seul pour les transformer en molécules qui nous sont indispensables : c’est le cas des fibres contenues dans les fruits, légumes, céréales…
Si notre alimentation ne contient pas suffisamment de ces aliments, notre microbiote peut en pâtir et s’appauvrir.
Et nous avons besoin que notre microbiote soit bien consistant car ainsi, il occupe le terrain pour nous protéger d’agents infectieux.
Il semblerait que son rôle soit également important pour ce qui concerne notre croissance, notre satiété, notre sensibilité au stress…

Notre microbiote peut être mis à mal à cause de prise d’antibiotiques. Il faut donc en prendre uniquement s’ils sont vraiment indispensables car certes ils détruisent les bactéries mais ils ne font pas la différence entre les bonnes et les mauvaises et il faut plusieurs semaines au microbiote pour retrouver sa forme initiale.

Un dysfonctionnement peut aussi être dû à une pathologie comme une maladie inflammatoire chronique de l’intestin ou l’obésité. On s’est en fait aperçu que dans ce cas, les microbiotes des personnes atteintes contenaient moins de bactéries aux actions anti-inflammatoires.
On pense également qu’un mauvais état du microbiote serait un lien avec les symptômes de la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, l’autisme, la schizophrénie, les troubles bipolaires et la dépression chronique et voire certains cancers.

Pour entretenir notre microbiote, rien de tel qu’une alimentation saine qui fait la part belle aux fibres. Toutes les fibres sont utiles : les solubles qui se dissolvent pour former un gel visqueux ou les insolubles qui facilitent le transit intestinal.
Nos bactéries ont besoin de ces fibres dont elles se nourrissent pour les transformer en composés essentiels au bon fonctionnement de notre organisme.
Plus l’apport en fibres sera diversifié et plus notre microbiote sera riche !
Donc, vive les légumineuses, les céréales complètes, les oléagineux, les fruits secs qu’il faut consommer très régulièrement.
Pour les intestins sensibles, il est préférable de consommer fruits et légumes verts cuits ce qui va adoucir les fibres pour les rendre plus digestes.
Pensez aussi aux probiotiques qui, même modeste, ont un petit effet anti-inflammatoire. On les trouve dans les yaourts et lait fermentés.
Il y en a aussi dans les fromages fermentés non pasteurisés à pâte dure (gruyère, cantal...), persillés (bleus, fourme, roquefort), ou encore à pâte molle (munster, livarot, camembert…) sachant que, pour ces derniers, les bactéries ne sont présentes que dans la croûte. D’autres aliments comme la choucroute crue, le pain au levain ainsi que les olives en contiennent.
Les aliments fermentés comme le kéfir, le miso, le tempeh, la choucroute sont aussi très intéressants.
Usez et abusez des épices qui ont pour beaucoup des vertus anti-inflammatoires.
Mangez du bon gras comme les oléagineux, l’avocat, des huiles de qualité, des poissons gras
Si possible, limitez la viande rouge : d’après certaines études, un de ses acides aminés favoriserait la prolifération de certaines bactéries impliquées dans une réaction chimique néfaste pour le système cardiovasculaire.

Et bien sûr, fuyez les sucreries de toutes sortes !

Il est bien sûr conseillé de pratiquer régulièrement une activité sportive, quelle qu’elle soit.

Mais tout compte fait, ne serais-je pas en train de parler d’une alimentation saine, équilibrée… et IG bas ?!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Imprimer