image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

samedi 2 décembre 2017

Rendez-vous dans la véranda - Décembre 2017



Bonjour, bonjour !

Avez-vous déjà entendu parler des A.U.T. ?
Même si ce nom ne vous dit rien, vous les connaissez et les côtoyez forcément en allant faire vos courses, car ils représentent environ 80 % de ce qu’on trouve dans les rayons des supermarchés aujourd’hui.
AUT = Aliment Ultra Transformé.
C’est une appellation récente, fruit du travail de chercheurs de l’INRA (L'Institut national de la recherche agronomique), qui ont montré qu’il ne fallait pas uniquement tenir compte des lipides, glucides et vitamines lorsqu’on parle nutrition, mais qu’il fallait aussi regarder du côté de la transformation des aliments et des conséquences sur nos organismes.
Car plus un aliment est transformé et plus il sera préjudiciable à notre santé.

En terme de produits ultra transformés, on pensera tout de suite aux sodas, biscuits salés et sucrés… mais pas que ! Les produits ultra transformés se trouvent partout (les rayons diététiques, végétariens ou bio ne sont pas épargnés), et représentent plus du tiers des aliments consommés par les Français.
Pour s’y retrouver, des chercheurs brésiliens ont mis en place une classification toute simple : la classification NOVA.
Elle différencie les aliments selon leur degré de transformation.

Groupe 1 : Aliments non transformés ou peu transformés
Ce sont les plus naturels.
Selon les variétés, ils ont été lavés, triés, broyés, séchés, fermentés, pasteurisés, congelés…
Le but des transformations appliquées à ce type d’aliments est de les conserver, de faciliter leur stockage, voire de diminuer leur temps de préparation.
On y trouve les légumes, les fruits, les œufs, le lait, des céréales… légumes réfrigérés ou surgelés, céréales moulues pour faire de la farine, légumes secs, fruits séchés, jus de fruits frais ou pasteurisés 100%, plantes aromatiques, épices, viande séchée, lait en poudre, œufs en poudre, yaourts natures, thés, tisanes, cafés, eaux de source et minérales…

Groupe 2 : Ingrédients culinaires transformés
Pour cette catégorie, on extrait des substances d'aliments naturels ou de la nature elle-même par des procédés tels que le pressage, le broyage, le concassage, la pulvérisation ou le raffinage.
Le but est d'obtenir des ingrédients qui serviront à assaisonner et faire cuire les aliments bruts ou peu transformés, afin de varier les préparations : ce seront les soupes, salades, légumes ou féculents cuits ou grillés, pains, tartes, gâteaux, desserts faits maison.
On y trouve des huiles végétales, comme la graisse de noix de coco, des graisses animales comme le beurre, la graisse d’oie, le sucre, le sirop d'érable 100%, la mélasse, le miel, le sel…

Groupe 3 : Aliments transformés
Ce sont des produits simples, fabriqués essentiellement avec des aliments naturels ou peu transformés, auxquels on a ajouté un assaisonnement salé ou sucré, également de l’huile ou du vinaigre selon les préparations. Le but est de prolonger leur durée de consommation et de leur donner plus de goût.
On trouve des conserves de légumes, de fruits, des oléagineux grillés et salés, du poisson fumé ou salé, du jambon fumé ou salé, du poisson en conserve, des fromages, des pains, du vin, de la bière, du cidre…

Groupe 4 : Aliments ultra-transformés
Là nous avons affaire à des aliments et boissons qui passent par plusieurs étapes et techniques de transformation et qui nécessitent des ingrédients dont beaucoup sont utilisés exclusivement par l'industrie. 
On crée alors des produits à plus ou moins longue durée de vie, pas chers, faciles à utiliser, attractifs et agréables au goût et qui sont prêts à être consommés ou chauffés.
Ce sont majoritairement des snacks, des desserts ou des repas rapides, bref, tout ce qui  remplace aujourd’hui les plats simples qu’on peut préparer à partir d’ingrédients naturels… et d’un minimum de temps.
Pour fabriquer des aliments ultra-transformés, les industriels utilisent une impressionnante gamme d'additifs. Certains sont réglementaires mais il y a aussi des arômes et autres substances qu’on ne trouve pas dans nos cuisines et qui sont là pour sublimer un plat, le rendre plus appétant en masquant sa pauvreté nutritionnelle et son goût initial.
On trouve dans cette catégorie les confiseries, les biscuits et gâteaux, les crèmes glacées, les boissons sucrées, les produits laitiers sucrés, les saucisses, les nuggets de poulet, le poisson pané et autres plats congelés prêts à consommer, les chips, les préparations pour gâteaux, les soupes en sachets, les nouilles instantanées, les sauces et vinaigrettes toutes prêtes, tous les snacks emballés, les céréales sucrées du petit déjeuner, les barres de céréales, les pizzas, les substituts du sucre, les édulcorants, les sirops… A noter que pains et produits de boulangerie rejoignent cette catégorie, dès l’instant où on leur ajoute des graisses végétales hydrogénées, des protéines de petit lait, des émulsifiants et autres additifs. 
Vous constaterez que la liste est longue !!
Gardez en mémoire que tous ces produits de catégorie 4 ont été déstructurés.
Pour qu’un aliment donne le meilleur de lui-même, il faut qu’il soit le plus naturel possible car un aliment est un ensemble de composants qui forme un tout et c’est ce tout qui apporte tous les nutriments dont notre santé a besoin.
Les aliments ultra-transformés sont composés d’un petit bout de ceci, d’un additif, d’un conservateur chimique, de colorants, d’émulsifiants, de sucre et matières grasses à gogo… nutritivement, c’est un cauchemar !!
Il suffit pour s’en convaincre de lire la liste des ingrédients qui composent ces aliments.
Les industriels se moquent complètement que ce soit bon pour notre santé ou pas. Tout ce qu’ils veulent, c’est que vous ayez envie encore et encore d’acheter ces aliments, car c’est là-dessus qu’ils se font le plus de marge. Et oui, il revient moins cher de trafiquer les aliments avec toutes sortes d’additifs peu chers que d’utiliser une matière brute et saine, moins rentable.
Alors ils mettent le paquet sur le marketing, la désinformation, la publicité, des packagings attrayants et mensongers.
Et le plus inquiétant c’est que leur cible privilégiée ce sont les enfants et adolescents.
N’ayons pas peur des mots, ces aliments sont nocifs et dangereux. Et c’est vérifiable.
Ils n’apportent rien de bon à l’organisme, pas de fibres, pas de minéraux, pas de vitamines… Ce sont majoritairement des  bombes à graisse, à sucre et à sel, bardés de produits chimiques.
Ces aliments ultra-transformés (AUT) participent grandement à l’explosion de  l’obésité, du diabète, du cholestérol, des maladies cardio-vasculaires...
Bref AUT c’est juste de la malbouffe.

2 commentaires:

Imprimer