image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

mercredi 6 janvier 2016

La glycation, autre méfait du sucre




Qu’est-ce c’est encore que ce truc ??
Glycation… glucose… ça se ressemble non ?
C’est une découverte importante qui a été faite récemment concernant le surpoids, l’obésité et le diabète… Ces maladies du siècle…
On sait qu’une des causes principales est une alimentation déséquilibrée avec absorption de trop de sucres en tout genre.
Ce sucre en trop forte concentration dans le sang va finir par se fixer sur les protéines de notre organisme. C’est ce qu’on appelle la glycation.

Vous avez peut-être entendu parler de la réaction Maillard ?
C’est ce qu’on observe lorsqu’on cuisine et que l’on cuit un aliment. On obtient une caramélisation, un aspect grillé, un goût caractéristique par l’action des sucres qui viennent se coller aux protéines.
C’est la même chose qui se passe dans notre corps lorsqu’on parle de glycation : nous nous caramélisons de l’intérieur. L’insuline est très sensible à ce phénomène.
Les protéines glyquées vont devenir plus grosses et le problème, c’est que notre corps sera incapable de les éliminer. Elles vont donc s’accumuler avec le temps et détruire petit à petit les fibres de nos tissus (collagène et élastine). C’est un processus très lent mais malheureusement irréversible. Notre peau perd en élasticité, en tonicité, les rides se creusent…
Vous l’aurez compris, le glycation est un accélérateur de vieillissement.
Mais pas que !
Elle peut avoir des conséquences graves sur nos reins, nos yeux (cataracte), notre cœur.

Soyons clair là-dessus : la glycation est uniquement causée par nos choix alimentaires.
Encore une fois, notre santé passe par notre assiette.
Il faut favoriser les cuissons douces, à la vapeur, en papillote.
Les fruits et légumes crus sont une aide appréciable pour éviter la glycation.
Pensez aussi à une bonne hydratation car l’eau stimule les fibres de collagène et l’élasticité de la peau.
Attention aux grillades, aux fritures, aux sauces grasses, à tout ce qui cuit à forte température et bien évidemment fuyez les sucreries et les sodas.

Des études cliniques de phytothérapie ont permis de découvrir que les flavonoïdes étaient de puissants inhibiteurs de la glycation : on en trouve dans le thé vert, la vigne rouge, le cacao, le maté, le raisin…

Tout ceci ne peut que nous encourager à poursuivre dans notre façon saine de nous alimenter, comme nous le faisons ici, en tenant compte de l’indice glycémique de ce qui nous mangeons.


17 commentaires:

  1. Et dire qu'on pourrait bien se transformer en caramel! Beurk...

    RépondreSupprimer
  2. Encore une raison de plus pour manger sainement. Mais quand on réfléchit à toutes les personnes qui ne sauront jamais, c'est quand même effrayant
    Merci pour l'article Dog

    RépondreSupprimer
  3. Merci Dog pour cet article super intéressant qui rejoint ce que j'ai lu du Pr joyeux ou des articles de Santé Nature Innovation Quand je lis çà je me réjouis d'avoir adopté la façon de manger que nous utilisons dans cette maison , même s'il y a des périodes oú je lâche un peu j'y reviens toujours. Je crois que pour parfaire notre méthode nous devons de plus en plus nous tourner vers les cuissons à basse température effectivement. Depuis l'année derniére je cuis ma soupe à 90° , plus souvent mes légumes à la vapeur, c'est plus long mais çà vaut le coup. Nous avons encore beaucoup à apprendre là dessus et il faut s'équiper d'ustensiles qui permettent cette forme de cuisson. La viande c'est plus difficile, un poulet rôti au four par exemple , en admettant que celui-ci soit doté d'une fonction basse température : le temps de cuisson est trés trés long.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet, dans ce cas, un équipement adapté est préférable.

      Supprimer
  4. Merci Dog pour ces très intéressantes infos....j'ai aussi appris un mot nouveau : la glycation !!! je ne connaissais pas !
    Et oui...réjouissons nous de notre mode d'alimentation saine !
    Vive MM...Vive ABC....Vive DOG....Vive nous !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Une fois de plus nous nous sommes instruites. Vive l'école
    Par contre ma Lucia,imagine notre joie,ainsi que celle des toutous qui viendraient nous faire de belles léchouilles,pour profiter du ""caramel"". Quelle joie.........Chris 06

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas pensé à cet aspect des choses, en effet !!!

      Supprimer
    2. En fait c'est un peu dans cet esprit que je l'ai dit, mon époux est tellement bec sucré!!!

      Supprimer
  6. Mais oui, c'est tellement évident , merci dog de nous le remettre sous le nez, avec des mots simples .
    Je suis très partagée aussi pour la cuisson, je n'arrive pas à me défaire des vieilles traditions, je cuis encore et encore... je me dis que l'été permet de consommer plus cru; cependant je ne suis pas encore capable de manger uniquement cru.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus facile l'été, pas sûre car beaucoup font des barbecue qui sont encore pires que de se régaler avec un plat d'hiver qui cuit doucement et longtemps.
      On mange quand même plus de crudités et de fruits, tu as raison mais de là, à tout manger cru, je ne pourrai pas non plus.
      On m'avait conseillé le "vitaliseur de Marion", je me suis jamais décidée.

      Supprimer
    2. Oui, je suis d'accord concernant les barbecues...

      Supprimer
  7. c'est françoise-jeanne, une ancienne inscription sur blogger et pouf, le robot me ressort ce vieux pseudo!!!

    RépondreSupprimer
  8. (Bon enfin, vous saurez que c'est moi...j'ai une nièce en Australie qui n'a que blogger, d'où...)

    Pour les barbecues, je ne suis pas vraiment concernée, vu que je n'en fais pas. C'est vrai que c'est carrément nocif.
    Domino, moi aussi je me tâte pour le vitaliseur! ce qui est difficile c'est de concevoir une autre façon de fonctionner, de penser les repas, rythme, oraganisation, tout y passe... enfin dans mon cas ça chamboulerait tout.

    RépondreSupprimer

Imprimer