image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

mercredi 30 septembre 2015

Les indices glycémiques (IG) : question de santé avant tout pour perdre du poids





Manger selon les indices glycémiques des aliments n’est pas un régime.
Ces indices nous sont précieux car ils nous permettent avant  tout de prendre soin de nous et de notre santé : c’est l’objectif n°1.

L’IG est une donnée bien plus probante que la théorie des calories qui induit les gens en erreur.
On leur fait croire qu’en réduisant leurs apports caloriques, ils iront mieux et perdront du poids.
Ce qu’on oublie de leur dire, c’est que leur corps sait s’adapter à ce genre de régime en devenant économe sur ses besoins. Mais comme une alimentation fondée sur le calcul des calories ne tient pas sur la durée, dès la reprise d’une alimentation dite normale, l’organisme s’empresse de stocker des réserves pour pallier à toute prochaine disette : reprise de poids assurée avec souvent un bonus en plus !...
On lit des témoignages de ce genre chaque jour malheureusement.

Si on ne cherche pas à connaître l’incidence de nos choix alimentaires sur notre organisme, il est compliqué de perdre du poids correctement. La tendance c’est de vouloir perdre vite, très vite, sans chercher à comprendre : voila pourquoi tous les bonimenteurs bien connus en font leurs choux gras à grands renforts de remèdes miracles… et voila pourquoi tant de personnes font du yoyo sur leur balance et désespèrent.

Une perte de poids durable est indissociable d’une alimentation saine, suffisante et régulière.
Nous avons pris de mauvaises habitudes ou plutôt l’agro alimentaire nous a donné de mauvaises habitudes qu’elle entretient à grands coups d’opérations marketing.
Cela a pour effet de nous avoir créé des besoins dont nous n’avons nul besoin en fait.
Savez-vous que si nous remontions 100 ans en arrière, plus de 80% de ce que nous trouvons dans les rayons alimentaires n’existeraient pas ?
Comment faisaient nos aïeux ?? S’en portaient-ils moins bien ?
Je ne le crois pas. Et je dirais même au contraire !
A notre époque nous mangeons moins que nos grands-parents et pourtant il n’y a jamais eu autant d’obèses, de malades d’hypertension et de diabétiques... ?
La cause ?
Notre alimentation, en première ligne.
Nous avons perdu de vue les aliments simples, naturels, entiers.
Si je devais donner un exemple, ce serait celui des féculents.
Demandez aux personnes autour de vous de vous citer des  féculents. Il y a fort à parier qu’elles vous répondent pain, pâtes, riz et pommes de terre.
Quid du reste ?? Quid des lentilles, haricots secs, pois chiches, pois cassés, flageolets, petits pois, patates douces... ??
Des produits hautement riches en vitamines, minéraux, fibres, nutriments particulièrement bénéfiques pour notre santé…  On les a oubliés, tout simplement.
Et comme par hasard, ces pains, pâtes, riz et pommes de terre sont tous à IG hauts, voire très hauts, alors que les légumineuses citées sont à IG bas…

Nous avons, de façon tout à fait naturelle et saine, du sucre dans le sang (glucose), 1 gramme environ à jeun, pour nourrir nos différents organes.
C’est ce qu’on appelle la glycémie. Elle est régulée par notre organisme en faisant appel à notre foie qui en a en réserve.

Lorsque nous consommons un glucide (féculent, fruit, légume…), il est transformé en glucose durant la digestion et l’insuline, hormone sécrétée par le pancréas, se charge de gérer ce sucre nouvellement arrivé. Elle alimente nos organes et stocke le surplus dans le foie et nos tissus musculaires. Puis elle disparaît.
Ça c’est ce qui se passe dans le meilleur des mondes.
Mais pour les personnes en surpoids, ce n’est pas le même processus puisqu’elles ont majoritairement un dérèglement  au niveau de la sécrétion d’insuline. Celle-ci est sécrétée en trop grande quantité et crée des dysfonctionnements dans la gestion du sucre, en stockant une partie dans nos cellules graisseuses.
Bien entendu, un surpoids nécessite d’en parler avec son médecin qui effectuera tous les examens nécessaires pour déceler ou éviter toute complication.
Quoiqu’il en soit, il est possible d’inverser ce processus de prise de poids en comprenant l’influence de nos choix alimentaires.

Et c’est là qu’entre en scène les indices glycémiques !
Chaque aliment a une composition qui lui est propre.
Un glucide aura un certain type d’amidon, une protéine des acides aminés spécifiques, un lipide des acides gras particuliers. A ceci s’ajoutent les fibres qui peuvent être solubles ou insolubles.
La façon de consommer notre nourriture, crue ou cuite, a aussi une incidence.
Tous ces éléments font qu’un aliment sera assimilé de façon totalement différente par notre organisme : certains seront vite absorbés pour nous fournir de l’énergie et d’autres seront stockés dans nos cellules graisseuses.
Et voila tout l’intérêt de connaître l’IG d’un aliment car cet indice mesure la capacité de ce que nous consommons à plus ou moins élever notre taux de sucre sanguin.

Comment procède-t-on pour déterminer un IG ?
Sachez avant tout que ce n’est pas un calcul exact mais une moyenne que l’on dégage.
Pour déterminer l’IG d’un aliment, des tests sont effectués sur un groupe de personnes après ingestion de différents types d’aliments : on fait ainsi une moyenne des résultats obtenus.
L’IG est donc une base, qu’il convient ensuite à chacun de peaufiner selon sa propre sensibilité.
Cela reste néanmoins une indication très utile pour équilibrer son alimentation, car même si d’un individu à l’autre l’IG ne sera pas strictement le même, l’écart restera minime.

A nous maintenant de faire les bons choix.
Comme je l’écrivais plus haut, nous mangeons moins que les générations précédentes et pourtant nous sommes globalement plus gros.
Des raisons on va en trouver dans notre alimentation d’aujourd’hui.
- Prenez la peine de lire la liste des ingrédients de ce que vous achetez : beaucoup trop de sucres et de gras de mauvaises qualités sont ajoutés aux préparations alors qu’ils n’ont rien à y faire. Sans parler de tous les additifs, conservateurs, gélifiants, amidons qui contribuent largement à élever l’indice glycémique… et cela concerne aussi bien les céréales du matin que la pizza du dîner.
- On consomme trop de produits blancs, farine, pain, sucre raffinés qui ont perdu leurs valeurs nutritives et qui dans le même temps ont vu leur indice glycémique s’élever considérablement.
- La pomme de terre fait partie des incontournables de notre alimentation : autrefois on la mangeait plutôt cuite à l’eau avec sa peau ce qui permettait de ne pas trop élever son IG. Mais aujourd’hui la pomme de terre se transforme plutôt en frites, gratins et autres préparations bien grasses : IG explosif !

Que sont devenus les aliments à base de produits bruts, comme les farines intégrales ?
Qui se soucie de manger régulièrement des légumineuses ?
Alors oui, nos grands-parents mangeaient plus que nous, mais ils mangeaient mieux et sans le savoir, à indice glycémique bas.
Eux mangeaient IG bas et nous nous mangeons IG haut.

Il ne tient qu’à nous d’inverser la tendance.
Et nous sommes nombreuses ici à pouvoir témoigner des bienfaits d’une alimentation saine, savoureuse et équilibrée qui tient compte à la fois des IG des aliments consommés, avec le souci d’apporter à son corps tout ce dont il a besoin pour être bien.

Un organisme qui se sent bien par une alimentation bien gérée, sera rassuré et n’aura que faire de stocker des réserves. Qu’on se le dise !

12 commentaires:

  1. Merci Dog pour cet article sur les principes de l'alimentation IG bas. Les piqûres de rappel font toujours du biensurtout aprés les vacances........Bises

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Très bon rappel Dog et tu me donnes envie de vous raconter l'histoire du pain

    RépondreSupprimer
  4. Très intéressant article en effet Dog....Et continuons à manger bon et sainement avec des IG bas !

    RépondreSupprimer
  5. Merci Dog pour ce rappel. Je dois revenir aux indices glycemiques. Je me console du décès de ma tante avec des cochonneries. Mauvais réflexes je sais.Il faut juste que je m y remette et que je vienne poster mes menus. Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Caro ! Crois-tu que c'est ce que ta tante souhaiterait pour toi ?!
      Je n'en suis pas sûre...
      Venir en parler c'est déjà faire un premier pas dans le bon sens.
      Tu as quitté les IG depuis quand... et ABC ?!!

      Supprimer
  6. Merci dog pour ce rappel. Moi en ce moment c'est plutôt nutella que chocolat noir mais je vais remédier à ça très vite j'espère. Cette saison est tjrs difficile et les pulsions reviennent! Bonne soirée à toutes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Chocolat !
      Ton pseudo te colle donc parfaitement à la peau en ce moment...
      As-tu analysé ce qui crée des interférences durant cette période ?
      Quoiqu'il en soit, je sais que tu sais faire pour reprendre le dessus.
      Bon week-end à toi !

      Supprimer

Imprimer