image accueil

Venez et poussez la porte, la serrure n'a jamais fonctionné alors on a jeté la clé.
Un sourire en humant les fumets d'un plat qui mijote.
Un sourire encore à la vue d'une belle assiette que vous allez déguster.
L'esquisse d'un sourire, léger et doux. Celui qu'il sera si agréable que vous vous adressiez, en regardant votre silhouette dans le miroir.
Avançons ensemble, à la rencontre des indices glycémiques bas.


Voulez-vous visiter ?

- Le vestibule, où l'on reçoit de nouvelles amies qui viennent nous rejoindre

- Le salon, endroit idéal pour les papotages en tout genre

- La bibliothèque, dont les étagères se chargent petit à petit d'infos pour nous aider dans notre quête du bien-être

- La véranda, lieu de notre rendez-vous mensuel pour faire le point du mois écoulé

- Le fournil, tenu de main de maître par notre reine de la boulange

- Le dressing, pour être belle en toutes circonstances

- Un petit tour aussi dans l’atelier créatif

Sans oublier l'incontournable : toutes nos recettes de cuisine, toutes nos idées de menus, pour manger bon, sain, équilibré,
en faisant du bien à notre corps, et dedans et dehors, avec des indices glycémiques bas !
Venez vous balader, fouiner, humer, échanger : on est bien dans notre maison... qui est la vôtre aussi !
Car ensemble, c'est plus facile !

jeudi 8 janvier 2015

Le crayon




Photo du site ecranlarge




La maison est bien calme ce soir.
Chacun passe discrètement, à pas feutrés.
Des bougies sont allumées aux fenêtres… parce que l’obscurité ne gagnera pas.
Elle ne doit pas gagner. Jamais.

Je pensais faire toutes sortes de choses ce soir et je n’y parviens pas.
Je bloque.
Trop d’images dans ma tête, de pensées confuses qui se bousculent.
Alors j’écris.

J’écris.
J’écris comme je vous conseille bien souvent de le faire lorsque ça ne va pas bien.
Je pourrais dessiner aussi.
Mais je ne sais pas faire.
D’autres le font tellement mieux que moi.

Alors j’écris.
J’écris ma peine, ma douleur, mon incompréhension, ma colère, mon hébétement, mes questionnements qui n’ont pas de réponse. Et qui n’en auront sûrement jamais.

Alors j’écris.
J'écris pour ne pas sombrer dans la haine.

Alors j’écris.
J’écris pour ma liberté de dire, ma liberté de penser, ma liberté d’aimer, ma liberté de m’exprimer, ma liberté de donner, ma liberté de partager, ma liberté de rester debout, ma liberté d’avancer, ma liberté d’apprendre.

Et cette liberté là, je ne la cèderai pas.
Non.
Douze fois non.
Ma liberté de dire non.

28 commentaires:

  1. J adore dog ,tu écris ce que nous pensons ..nous fusionnons toutes ensemble dans ce monde qui pour moi deviens incompréhension et demain me fais tres peur ..
    Aujourd hui il fait calme ,pas envie de rire et de chahuter juste envie d etre Charlie ..

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord Bibi c'est un texte très touchant. Ce soir dans mon village nous étions de nombreux Charlie le regard triste mais debout avec toutes ces petites lumières qui sont autant d'espoirs pour demain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas bien? Ca a été ta journee?

      Supprimer
    2. c'était une journée un peu hors du temps, comme dit dog tout était feutré. Dans les bureaux ambiance studieuse et lourde avec à midi ces instants de recueillement et puis ce soir c'était dans ma commune. Etrange de constater que la pluie et le vent s'étaient calmés pour nous permettre de nous réunir...

      Supprimer
    3. Le temps s'est ralenti en effet aujourd'hui...

      Supprimer
    4. Sensation de manque, l'impression que l'on m'a ôté quelque chose d'indéfinissable

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Merci DOG pour ce texte qui exprime avec tellement de force ce que nous ressentons toutes .J'oscille entre colère et détresse. Entre tristesse et détermination. J'ai perdu ma certitude de vivre dans un pays civilisé. Un pays où les gens étaient libres de chanter, d’écrire et de dessiner. Tour cela a été noyé dans le sang des douze.

    Il a suffit de deux hommes pour détruire en quelques secondes ce que des dizaines ont construit pendant des décennies. Cet acte me rappelle cruellement que, face à la barbarie, les hommes de bonne volonté n'ont aucune arme. Ce massacre me renvoi à toutes les atrocités commises au nom de l'intolérance.

    RépondreSupprimer
  5. Il faut croire que je suis faite d'un autre bois car ni les paroles ni les écrits n'enlèvent cette colère sourde qui est en moi. Je suis obligée de supporter cette violence gratuite mais je n'y arrive plus. Et cela va empirer car ces fous ne s'arrêteront jamais car ils sont fous. C'est aussi simple que cela.
    Des millions de Charlie existent et existeront mais notre société est trop laxiste quand il faut prendre des mesures, des vraies! et puis le temps passe et l'Histoire recommence.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous réagissons chacun avec notre sensibilité.
      J’ai de la colère en moi.
      Beaucoup de colère vis-à-vis de ces fous, ces pauvres d'esprit manipulés qui ne cherchent qu’à semer terreur et chaos sous le couvert d’une religion qu’ils bafouent.
      Nous sommes des millions de Charlie solidaires en effet et quoi qu’on en dise, je pense que c’est ce qui fait notre force.
      Et c’est cette force que les terroristes cherchent à atteindre et à ébranler.
      Tous ces actes odieux n’ont qu’un seul but : nous donner la haine.
      La haine de l’autre.
      Et si nous cédons, ça en sera fini.
      il n'y aura plus de Charlie.

      Supprimer
    2. Si je le dis et le répète, il y aura toujours des Charlie encore et encore. On ne se comprend pas mais cela n'est pas grave. Je ne suis pas folle et donc je ne réagirai jamais comme ces malades et ma colère est et sera toujours contrôlée justement parce que je ne le suis pas. Mais elle me permet et me permettra de ne jamais banaliser.
      La haine de l'autre est déjà installée malheureusement mais il fallait agir avant et c'est une de mes colères.

      Supprimer
    3. Rassure-toi, je crois qu'on se comprend !
      Et bien sur qu'il aurait fallu prendre des mesures bien en amont.
      Mais voila, on ne peut que constater.

      Ce ne sont pas des personnes comme toi qui m'inquiètent Mireille mais tous ceux qui n'auront pas compris que répondre par la haine et la violence, ce sera entrer dans la spirale du jeu infernal auquel ces malades nous ont invité à jouer.
      Et ce que je lis ici au là depuis hier n'est pas fait pour me rassurer.

      Supprimer
    4. Et oui Dog, mais pour se protéger il faut parfois y passer...à la violence...L'actualité de ce midi est en train de me donner raison. Quand je disais que ces fous n'arrêteront jamais! je ne croyais pas si bien dire!

      Supprimer
    5. J'en ai bien conscience Mireille... et je crains tous ceux qui voudront s'instaurer justicier.

      Supprimer
    6. J'habite dans le 93, je suis à chaque fois à moins de 15 kms des événements, encore là à la Porte de Vincennes !!!
      J'en ai vraiment marre !

      Supprimer
    7. Crois-tu que si tu habitais ailleurs, tu en aurais moins marre ?

      Supprimer
    8. Je peux te dire que j'ai passé cet été 4 mois en Touraine et que je ne ressentais pas du tout ce que je ressens ici tout le temps et pas qu'en ce moment !!
      Il y a une énorme différence !

      Supprimer
  6. C'est tellement triste et affligeant!
    Je ne sais pas si ces gents sont fous, je pense qu'ils sont surtout qu'ils ont un esprit ou un cerveau "petit", que ces personnes si peu cultivées qu'elles se laissent manipuler par d'autres personnes qui ont soif de pouvoir! Je ne sais pas ce qui peut faire basculer quelqu'un du côté obscur de la force, mais ce que je sais c'est que jamais je ne baisserai les bras face à ces terroristes, et que par bonheur nous sommes plus nombreux à penser que, comme l'a si bien écrit Dog, notre liberté de penser, de dire, de faire le bien, cette liberté si précieuse, personne ne nous l'enlèvera!
    Ces mots là ont et auront toujours plus d'impact que la violence, la barbarie....mais plus il y a de liberté et plus il est difficile de tout contrôler....
    ♥☺♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pardon pour les "bafouilles",
      ♥☺♥

      Supprimer
    2. On se sent bien impuissant face à la barbarie et à la violence. Comment lutter contre des gens tellement endoctrinés qu'ils pensent que donner la mort est un acte de foi ? On ne peut tout simplement pas. Mais ce que l'on peut faire, et c'est ce que font les survivants de Charlie Hebdo, c'est leur opposer un refus formel de nous abattre. Continuer à faire circuler la pensée et la parole. Crier bien haut, non pas notre haine, ni même notre colère, mais notre volonté de vivre en liberté.

      Supprimer
  7. Mireille, je suis plus que d'accord avec toi !
    Je ne peux même pas en parler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ♥on est faite de ce même bois Domino et ce n'est pas d'aujourd'hui la constatation!♥

      Supprimer
  8. Voilà, c´est fini...une dizaine de mort au nom de Dieu.Quel gâchis....
    Une pensée pour toutes les familles qui sont dans la douleur❤️

    RépondreSupprimer
  9. Je vous rejoins bien les filles, nous sommes tous des Charlie, mais ne soyons surtout pas des Charlie vengeurs !
    Que la colère soit dirigée vers les terroristes est une chose, et c'est respectable, mais se tromper de cible en est une autre.
    C'est ma crainte aujourd'hui, les amalgames vont si vite !
    A l'époque des attentats d'action directe, combien de jeunes et moins jeunes ont été arrêtés, interrogés, torturés même, pour le simple fait d'exprimer leurs idées qui n'étaient pas en accord avec le courant du moment.
    Il faut dire NON au terrorisme en général, quelques soient les idéologies qui les mènent !
    Mes pensées vont à toutes se familles meurtries....

    RépondreSupprimer
  10. Choquee comme vous toutes ,ces événements mes laissent sans voix .....
    Je pense a toutes ces familles endeuillées et a tous ces gens marqués par ces prises d'otages ..

    RépondreSupprimer
  11. Je suis également meurtrie par ces actes d'atrocités ! au nom de la religion, ce n'est qu'un prétexte pour mieux commettre ces crimes, la religion ne veut rien dire pour moi, mais la foi oui, car la foi c'est L'Amour envers Dieu et la relation entre Dieu
    et soi-même,il enseigne L'Amour envers les autres rien de plus, car il dit " tu ne tueras point " aimez vous les uns les autres..mon coeur saigne de voir et entendre ces horreurs, je suis de tout coeur aves toutes les familles qui ont perdu un être cher.

    RépondreSupprimer

Imprimer